Porté par Frédéric Chevalier, fondateur de HighCo, ce lieu a été pensé pour faire se rencontrer startupers, artistes, scientifiques, dirigeants d’entreprises, codeurs, représentants d’ONG, dans l’esprit de se former à un futur commun, explorer les usages et créer les environnements technologiques de demain.

A l’origine du projet, aucune instruction ou cahier des charges n’a été élaboré. Seules intentions de son fondateur, celles d’un lieu atypique, propice aux rencontres, à la créativité, à l’innovation, tout en « minimalité ».
Thecamp s’est alors imaginé, au fur et à mesure des avancées du programme et explorations architecturales successives. Une composition aléatoire , qui progressivement a trouvé sa cohérence d’expression.
Ce lieu unique en Europe nécessitait une architecture en adéquation avec ses ambitions.

Pour s’affranchir de tous les codes et repères du quotidien, le choix du site s’est porté sur un espace répondant aux objectifs mêmes du projet, un plateau de garrigue en surplomb, non loin d’Aix-en-Provence, délimité par 3 éléments naturels : la Sainte-Victoire à l’Est, une forêt de pins au Nord et un piton rocheux calcaire à l’Ouest. Etendu sur 7 hectares, ce site est marqué par sa végétation environnante faite de pins, arbrisseaux épineux et par la typicité du sol calcaire.

Pour s’implanter dans ce site et le révéler, l’agence Corinne Vezzoni et associés s’est inspirée de l’habitat traditionnel des nomades, constitué de grande toile recouvrant un espace de vie.
Ce principe de toile tendue se retrouve dans le dessin architectural de Thecamp : ici, la toile étanche et tranlucide, appelée « canopée », est immense : 6729m2, 10m de hauteur en moyenne, abritent une série de 13 cylindres ou « incubateurs ».
La forme triangulaire de la toile est une référence aux 3 repères naturels présents sur le site. Cet impressionnant parasol / et pluie est scandé par 3 ouverture circulaires donnant à voir le ciel. Il forment un intérieur végétal, et sont conçus pour récupérer l’eau de pluie.
Adaptée au climat méditerranéen, cette toile protectrice translucide est légèrement oblique.
Sa matérialité est proche du calcaire blanc, roche érodée où l’eau disparait, où les mousses, les lichens et les aspérités forment un micro-paysage se fondant dans celui de la garrigue.

Sous de la toile, un espace ouvert, traversant, abrite les 13 cylindres de verre courbe et béton.
La proposition architecturale de l’agence fait écho au principe de biologie cellulaire ex-vivo, sous cloches. L’incubateur cylindrique est ici lieu de réflexion, d’accélération, de maturation en commun des projets.
Ce concept ouvert permet de favoriser la rencontre et les échanges tout en conservant un lien avec la nature.
L’architecture en présence génère la fluidité, sans rigidité, faite de volumes circulaires, pour s’extraire de la réalité environnante, prendre du recul tout en s’ouvrant sur des espaces de liberté, propres à la créativité.

Information

  • livraison
    2017
  • localisation
    Aix-en-Provence (13)
  • coût prévisionnel
    21 M€HT
  • surface utile totale
    11 000 m2

maitrise d’ouvrage

  • Frédéric Chevalier
  • Maîtrise d’ouvrage déléguée : REDMAN

maitrise d’oeuvre associée

  • Artelia Ville & Transport (BET VRD)
  • Artelia Bâtiment & Industrie (BET Fluides)
  • 8’18’’ (BET Eclairagiste)
  • Leicht (BET Structure)
  • OptiFlow (études écoulement des fluides)

crédits photographies

  • David Huguenin
  • Lisa Riccioti